STEPHANE_GUILLON

IL GAGNE CONTRE FRANCE INTER

Le conseil des prud'hommes de Paris condamne France INTER pour licenciement "sans cause réelle et sérieuse" de Stéphane Guillon. Les contrats à durée déterminée (CDD) de l'humoriste depuis avril 2003 ont été requalifiés en contrat à durée indéterminée (CDI).  A ce titre, selon Le Monde, les prud'hommes attribuent 150 000 euros d'indemnités pour licenciement injustifié. Mais Stéphane Guillon obtient également 41 981,70 euros d'indemnités de licenciement ; 11 581,16 euros pour le préavis de licenciement ; 5 790,58 euros d'indemnités de requalification ; 1 158,11 euros pour les congés payés et 1 500 euros pour ses frais de justice. En tout, le licenciement de l'humoriste pourrait donc coûter la coquette somme de 212 011,55 euros à Radio France. "En tant que salarié foutu dehors, je suis ravi de cette décision judiciaire. En tant que contribuable, je suis scandalisé qu'une société d'état ait préféré perdre autant d'argent et d'auditeurs pour faire taire un humoriste", a confié l'humoriste à l'AFP, dans un communiqué.