La_Palme_d_or_pour_Haneke_Photo_Reuters

"LE RUBAN BLANC" EN OR !

L'Autrichien Michael Haneke, qui a remporté dimanche soir à 67 ans la Palme d'or du 62e Festival de Cannes avec "Le ruban blanc", scrute de façon lancinante la question du mal et de la culpabilité dans ses films, dévoilant les méandres de l'âme avec une froideur clinique. Haneke a déjà été récompensé deux fois à Cannes. En 2005, il a reçu le Prix de la mise en scène pour "Caché". En 2001, "La pianiste", adapté d'un roman d'Elfriede Jelinek avait raflé le Grand Prix et les deux prix d'interprétation, l'un allant à Benoît Magimel et l'autre à Isabelle Huppert, présidente du jury cannois cette année.

Le_Ruban_blanc_de_Michael_HanekeAlain_Resnais_AFPCharlotte_Gainsbourg_avec_son_Prix_d_interpr_tation_f_minine__Sipachristoph_waltzaudiard_prophete_reuters

Prix spécial pour Alain Resnais (pour sa carrière et sa contribution au cinéma)

Prix d'interprétation féminine : Charlotte Gainsbourg, dans Antichrist de Lars von Trier

Prix d'interprétation masculine : Christoph Waltz, dans Inglourious Basterds de Tarantino

Grand Prix : Un Prophète, de Jacques Audiard

Prix de la mise en scène : Brillante Mendoza pour Kinatay

Prix du jury : Fish Tank, d'Andrea Arnold / Thirst, ceci est mon sang..., de Park Chan-wook

Prix du scénario : Mei Feng, pour Nuits d'Ivresse printanière, de Lou Ye

Caméra d'or : Samson et Delilah, de Warwick Thornton 

Caméra d'or (mention spéciale) : Ajami, de Scandar Copti et Yaron Shani

Courts métrages - Palme d'or : Arena, de Joao Salaviza

Mention spéciale - The Six Dollar Fifty Man, de Mark Albiston et Louis Sutherland

Cliquez sur HQ Vidéos envoyées par francebleu