DERNIERE_MINUTE_INFO
Deux jeunes majeurs, placés en garde à 
vue après l'assassinat d'un voisin dans un quartier sensible de Toulouse, ont
été mis hors de cause, mais devraient être poursuivis parce que des armes de
guerre ont été découvertes chez eux au cours de l'enquête, a dit le parquet
mercredi.
"Ces deux hommes ne sont finalement pas reliés à ce crime mais ils restent
en garde à vue car les perquisitions ont permis de trouver trois armes, dont
deux fusils d'assaut, et il pourraient être poursuivis jeudi pour détention et
port d'arme de première catégorie", a dit le procureur de Toulouse, Michel
Valet.
Le procureur a confirmé devant la presse que le meurtre survenu mardi à la
mi-journée au Mirail était probablement un "règlement de compte". "Le terme
d'exécution ne me choque pas pour qualifier les faits", a-t-il ajouté.
La victime, qui aurait eu 23 ans le 6 décembre, venait de sortir de prison
et portait un bracelet électronique. Il avait un "lourd passé judiciaire",
parsemé de condamnations pour vol, violences, usage de stupéfiants, extorsion,
dégradations et outrage.
Il a été abattu de plusieurs coups de feu mardi vers midi par un homme
sorti d'une voiture, sur une place du secteur de la Reynerie.
L'auteur de l'assassinat et ceux qui se trouvaient à bord de la voiture se
sont enfuis. Dix-sept douilles de 9 mm ont été retrouvées près du corps. Elles
ne peuvent venir des armes trouvées chez les gardés à vue, a dit le magistrat.
"Des noms nous intéressent mais je ne peux encore parler d'identification
du meurtrier" a-t-il ajouté, expliquant sa discrétion par "des risques réels
pour tous ceux qui peuvent contribuer à l'enquête".
"L'enquête progresse", s'est-il contenté de dire, tout en indiquant qu'on
"aurait pu espérer encore plus de témoignages".
L'enquête a été confiée au SRPJ et à la sûreté départementale. Mercredi,
120 policiers étaient toujours mobilisés par enquête.
"Il faut que les gens sachent dans ce quartier que la vie de leurs enfants
a beaucoup de valeur pour nous. Elle est indépendante de leur passé judiciaire
et notre volonté d'élucider cette affaire est totale", a souligné le procureur.
 
AFP