EPICERIE_DE_NUIT

PERSONNE NE RESPECTE L'ARRETé

Vendredi soir (de 22h à 7h...  ;-) j'ai testé une grande soirée entre étudiants. Toute la nuit, entre les escales en bord de Garonne au son des guitares et du verre cassé, ou encore entre des trottoirs bondés devant le Philochard et les épiceries de nuit, j'ai aisément constaté que le nouvel arrêté municipal mis en place le 16 août n'est absolument pas respecté. D'abord : aucune sanction. Pas une amende, et je vous garantis que je n'ai croisé AUCUN policier. Pourtant la situation des rues toulousaines est parfois chaotique passée une certaine heure. Et puis aucune épicerie de nuit n'envisage l'application de la loi. Les heures de fermeture restent plus que tardives. Bouteilles à gogo et peu importe l'âge des acheteurs. Je ne vois pas comment le visage de Toulouse va pouvoir changer, tant ces soirées festives font partie de l'ADN de la ville. J'ai passé un super moment. Nous étions d'abord 2, puis 4, puis 6, puis de nouveau 4. Rencontres, échanges, c'est surprenant de pouvoir ainsi se lier d'amitié avec des inconnus qui sont également là dans cette optique d'ouverture. A la mairie on entend Jean-Paul Makengo, maire adjoint, dire que "Cet arrêté municipal a le mérite d'exister", mais franchement à quoi sert-il s'il n'est que fictif ???