DRAPEAU

LA MUNICIPALITE CHANGE RIO LOCO

Toulouse a décidé de renoncer à faire du Mexique la vedette de son grand festival annuel de musique du monde, Rio Loco, à cause des tensions diplomatiques entre Mexico et Paris, a annoncé la municipalité mercredi. Ce choix de la municipalité socialiste "prend acte de la décision de l'annulation de la participation de l'Etat mexicain à l'année du Mexique en France", a dit l'adjointe à la culture, Vincentella de Comarmond. "Si on sort de l'année du Mexique en France, c'est parce qu'on n'est pas sûr que les artistes mexicains pourront venir", a-t-elle ajouté devant la presse. Il n'existe "aucune garantie" que les 133 artistes mexicains initialement attendus pour ce festival prévu du 15 au 19 juin puissent effectuer le déplacement, a abondé le directeur du festival, Hervé Bordier. Les relations franco-mexicaines connaissent une crise sérieuse après le rejet du dernier pourvoi en cassation au Mexique de la Française Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison pour enlèvements, port d'armes et participation à des actes de délinquance organisée. La tension diplomatique s'est accentuée avec la décision prise par le président Nicolas Sarkozy de dédier à Florence Cassez l'année du Mexique prévue en 2011 en France, et l'annonce par le gouvernement mexicain de son retrait de ce projet culturel et économique. L'adjointe à la culture de Toulouse, quatrième ville de France, a assuré que l'argent et le financement par le Mexique du voyage de 100 artistes mexicains n'avaient pas été déterminants dans la décision de la municipalité. La municipalité et les organisateurs de Rio Loco vont réfléchir à une nouvelle programmation. Celle-ci devrait être annoncée mi-avril. Exceptionnellement, Rio Loco pourrait avoir une thématique "transversale" et non plus géographique, a dit Mme de Comarmond.