vogica

DEPOT DE BILAN MAIS...

L'enseigne Vogica, spécialisée dans la vente de cuisines et salles de bain sur mesure, confrontée à des difficultés d'approvisionnement et de livraison liées à une réorganisation de sa production, indique samedi sur son site internet avoir demandé au tribunal de commerce d'Evry (Essonne) d'ouvrir une procédure de redressement judiciaire. Le tribunal d'Evry devrait se prononcer lundi. "La mise en redressement judicaire va nous permettre, avec le concours de l'administrateur judiciaire, d'envisager avec nos fournisseurs, les modalités d'une reprise normale de fonctionnement : production, transport, pose", espère Vogica, dont la marque a été lancée en 1976 dans les Vosges. Sur 58 millions de commandes depuis le début de l'année, 4 millions ont été annulées, dont la moitié déjà fabriquées. Jusqu'à l'an dernier, le groupe vosgien, employeur de 715 personnes, était organisé autour de deux filiales: Vogica, qui commercialisait cuisines et salles de bain personnalisées, et l'usine Manuest, qui les fabriquait. La direction a décidé d'externaliser la production de Vogica pour répondre aux difficultés de Manuest, contraint de procéder à un plan social touchant 248 emplois sur 382. Ce dernier s'est concentré sur la fabrication de cuisines en kit pour les enseignes Castorama et Brico Dépôt. Mais cette réorganisation n'a fait qu'empirer les choses. Les acheteurs réclamant un remboursement devront attendre la nomination d'un administrateur judiciaire. Numéro d'assistance : 01.45.30.86.85.