LE MONDE DU CYCLIME EN DEUIL

Laurent Fignon est décédé mardi 31/08/2010 à Paris des suites d'un cancer à l'âge de 50 ans. Un concert d'hommages a salué la dernière échappée du double vainqueur du Tour de France (1983, 1984) qui avait révélé sa maladie au printemps 2009 mais avait tenu à poursuivre son activité publique en tant que consultant. En juillet, le dernier champion cycliste natif de Paris avait encore commenté le Tour sur France Télévisions malgré une voix affaiblie. A la mi-août, son état s'étant aggravé à cause de complications pulmonaires, il avait dû être hospitalisé à la Pitié-Salpêtrièrie où il est décédé à 10h30.

"Il a donné (...) une leçon magistrale de dignité, de courage et d'humanité", a estimé le président de la République Nicolas Sarkozy en saluant "un champion extraordinaire".

Bernard Hinault, qui fut son leader au sein de l'équipe Renault quand Fignon débuta en 1982 puis son rival, s'est avoué "très touché". "C'était un combattant, il se battait pour la victoire comme moi, mais on menait toujours une lutte honnête, correcte", a déclaré Hinault, le quintuple et dernier vainqueur français du Tour en 1985 à propos de l'adversaire qui l'avait battu l'année précédente.

Lance Armstrong qui avait proposé à Fignon de venir aux Etats-Unis pour suivre un traitement expérimental, a résumé le champion: "Un cycliste de légende". Par son palmarès bien sûr, riche de deux Tours de France, d'un Tour d'Italie (1989) et de grandes courses d'un jour (deux Milan-Sanremo, une Flèche Wallonne, un championnat de France). Mais surtout par son tempérament d'attaquant, à l'origine de l'un des plus beaux Tours de l'histoire en 1989.