DIDIER_PORTE_ET_STEPHANE_GUILLON

MANIF POUR GUILLON ET PORTE

L'intersyndicale de Radio France appelle les auditeurs et les personnels à une manifestation le 1er juillet à 18h00 devant la Maison de la Radio à Paris, pour demander le retour des chroniques des humoristes Stéphane Guillon et Didier Porte, limogés de France Inter. Les syndicats CFDT, CFTC, CGT, FO, SNJ et Sud appellent également à des rassemblements en régions, devant les locaux des France Bleu et du Mouv' à Toulouse. "Nous refusons la main mise du pouvoir sur les antennes de la radio publique", écrivent les syndicats dans un tract. Ils demandent "le retour sur l'antenne de chroniques de Didier Porte et Stéphane Guillon dans la matinale de France Inter et dans l'émission Le Fou du Roi" de Stéphane Bern (qui a resigné avec la station pour l'an prochain), et dénoncent "les suppressions injustifiées d'émissions". Ils "exigent le respect et la garantie d'expression, de l'indépendance des programmes et de l'information sur les radios de service public". Samedi en fin d'après-midi, plusieurs dizaines d'auditeurs, soutenus par des salariés de Radio France, se sont rassemblés devant la Maison de la Radio, siège de Radio France (France Inter, France Info, France Culture...), pour dénoncer la suppression de l'émission d'actualité internationale "Et pourtant elle tourne" de Jean-Marc Four - qui quitte France Inter pour France Culture. Une page Facebook a été ouverte spécialement pour soutenir l'émission, recueillant, selon les manifestants, environ "4.500 inscrits". Des pétitions circulent également sur internet (http://petition.harrycow.fr/) contre l'éviction de Stéphane Guillon et Didier Porte. "La direction a parfaitement le droit de changer une grille, mais ce qui nous choque c'est qu'il n'y ait pas et d'explications claires sur la disparition d'émissions qui marchaient très bien", a déclaré un journaliste. Le directeur de France Inter, Philippe Val, en place depuis un an, a annoncé vendredi les grandes lignes de la grille de rentrée. Six émissions ont été supprimées.