DERNIERE_MINUTE_INFO

UNE FRAUDE AU BAC : LES SUITES

Deux étudiants et un lycéen, prévenus de fraude au baccalauréat en juin dernier, deux d'entre eux ayant passé des épreuves sous le nom du 3e, ont été condamnés mais dispensés de peine, mercredi, par le tribunal correctionnel de Nancy. Les deux amis, âgés de 20 et 21 ans, l'un en classe préparatoire, l'autre en master à la faculté, avaient remplacé le candidat au bac scientifique lors des épreuves de mathématiques et de physique-chimie. D'autres candidats s'étaient aperçus de la supercherie et avaient anonymement dénoncé la fraude, après les examens. "Ils ont fait ça sans réfléchir", a expliqué Me Paul Kéré, l'avocat de l'un des usurpateurs. "Le candidat au bac a la phobie des examens : son professeur principal avait d'ailleurs expliqué qu'il aurait pu avoir le bac", a-t-il ajouté. En décembre dernier, le rectorat avait condamné le candidat à trois ans d'interdiction à se présenter à tout examen national. "Le rectorat y est quand même allé un peu fort: j'aurais préféré qu'il attende la décision pénale", a déploré Me Kéré. Le tribunal correctionnel a reconnu la culpabilité des trois jeunes mais les a dispensé de peine, alors que le parquet avait requis 40 heures de travaux d'intérêt général pour le candidat et 20 heures pour chacun de ses deux amis.